Lot A

Parc Mutualisé d’instrumentation in-situ Océanomed (MIISO)

Responsables et partenaires

Responsable scientifique : CEREGE (contact : François Sabatier, sabatier@cerege.fr)

Responsables exploitation : Ifremer et DT INSU

Partenaires : utilisateurs potentiels du parc d’instrumentations in situ membres du GIS Océanomed et/ou du Pôle Mer PACA :

  • COM-LOB : A. Petrenko, et C. Pinazzo (anne.petrenko@unimed.fr, christel.pinazo@univmed.fr)
  • LSEET-LEPI : V. Rey (rey@univ-tln.fr)
  • USTV : B.Zakardjian (zakardjian@lseet.univ-tln.fr)
  • OOV : L. Prieur + F. D’ortenzio (Prieur@obs-vlfr.fr, dortenzio@obs-vlfr.fr)
  • IRSN : H. Thebault (Herve.Thebault@ifremer.fr)
  • Ifremer : Ivane Pairaud (Ivane.Pairaud@ifremer.fr)
  • L3RGP : B. Roux (broux@L3M.univ-mrs.fr)
Résumé scientifique

La dynamique de l’environnement marin côtier, de sa morphologie, des écosystèmes qui l’occupent est fortement conditionnée par le forçage physique lié à la circulation des masses d’eau et au transport de matériel particulaire. Depuis quelques années des avancées importantes ont été réalisées dans ce domaine avec le développement de modèles numériques 3D à haute résolution. Ces modèles sont aujourd’hui utilisés dans les programmes de recherche pour apporter des éléments de synthèse et de compréhension des processus physiques et biologiques agissant aux mêmes échelles. Avec le développement de plate forme d’Océanographie Opérationnelle Côtière (PREVIMER, SOCOM…), ils sont également sollicités par les études appliquées pour répondre à des questions de prospective, à des études d’impact, d’analyse ou de gestion de risque. La mise au point et la validation de ces modèles n’est possible qu’avec l’appui de données satellitales et de réseaux de mesures in situ dont le maillage doit être suffisamment fin pour être homogène avec les processus étudiées. L’acquisition de séries de données sur les paramètres de base caractérisant la physique côtière est aussi indispensable pour améliorer la connaissance de la variabilité du milieu aux différentes échelles de temps et observer des tendances liées au changement global.

Les besoins en mesure in situ portent sur l’acquisition en continu et à haute fréquence de données de température, salinité, courants, houle, turbidité, taille de particules, niveaux …. Le projet a pour objectif de déployer des outils classiques (flotteurs lagrangiens, mesures de courants et de températures), sans exclure des instruments innovants (RECOPESCA, réseau de sondes low-costs déployées sur navires de pêche, et dans d’autres contexte en utilisant des profileurs voir des gliders (cf lotE), pour améliorer la mutualisation du parc et des données entre scientifiques de la façade méditerranéenne.

> Télécharger la présentation du lot A (format pdf) : application/pdf Lot A