Les Gliders

Les glisseurs (ou gliders en anglais) sont littéralement des planeurs sous-marins autonomes de petite taille (50kg, 2m) réutilisables. Ils ont été récemment développés aux Etats-Unis et en France et conçus pour plonger, dans une direction donnée, de la surface des océans jusqu'à une profondeur prédéterminée et ensuite remonter en surface. Ils peuvent ainsi mesurer des paramètres physiques et biogéochimiques (température, salinité, courant moyenné sur la verticale, O2, chlorophylle, rétrodiffusion optique…) le long de trajectoires en dents de scie à travers l'océan, réalisant ainsi un très bon échantillonnage le long d'une section verticale de l'océan. Ils commencent à être utilisés aux Etats-Unis dans le contexte de campagnes océanographiques.

Les glisseurs contrôlent leur flottabilité grâce à un système hydraulique. Ils se déplacent ainsi verticalement avec une vitesse de l'ordre de 10 cm/s. Ils sont munis d'ailes et leurs caractéristiques hydrodynamiques leur permettent des angles de descente/remontée de 15° à 30° en même temps qu'ils peuvent suivre un cap. Ils peuvent donc se déplacer horizontalement au cours de leur plongée avec des vitesses de l'ordre de 20-40 cm/s dans une direction donnée. Un système de communication par satellite, permet aux glisseurs de transmettre leurs mesures à chaque remontée en surface en temps quasi-réel, et de recevoir des instructions de cap, d'angle de descente/remontée et de vitesse verticale si bien qu'on peut littéralement les piloter à distance. Les glisseurs existent pour des applications côtières avec des immersions de l'ordre de 200m ou hauturières avec des immersions qui peuvent atteindre 1500m.

Ayant une autonomie de 6 mois, ces instruments présentent un grand intérêt pour des applications opérationnelles. Etant capables de remonter la plupart des courants océaniques (très intenses surtout en surface), on peut les forcer à effectuer des mesures sur plus de 6000 km le long de sections au travers de l'océan ou encore les utiliser en mode " mouillage virtuel " au sein d'une même zone d'extension réduite. En fait, on peut concentrer les mesures là où on veut, en fonction des objectifs. Leur coût réduit (3 fois celui d’un flotteur profileur de type PROVOR) permet d'envisager la constitution de réseau de mesures, de la même façon que les flotteurs profileurs sont actuellement utilisés dans le cadre du réseau ARGO.
Les gliders permettent un changement radical au niveau qualitatif et quantitatif de l'échantillonnage possible avec les techniques classiques (campagnes océanographiques, satellites, mouillages) mais sont complémentaires. Ils permettent de réaliser des observations avec une continuité suffisante pour couvrir la diversité des situations sur une échelle annuelle (et notamment le cycle saisonnier qui est si important au niveau physique et biogéochimie).

Enfin, leur faible coût et leur caractère automatisé les désignent comme particulièrement adaptés au réseaux de mesures opérationnels nécessaires aux systèmes de prévisions des circulations aux échelles régionales et côtières.